Solidarité internationale renforcée

À travers la diversité de ses initiatives, la Ville de Paris défend les libertés fondamentales, témoigne de sa solidarité envers les populations des pays en voie de développement et promeut la diffusion et le partage du savoir-faire parisien à l’international.

Cette solidarité s’articule autour de grands chantiers prioritaires :

 

  • Solidarité face aux urgences sanitaires et sociales auxquelles doivent régulièrement faire face les populations défavorisées : plus de 450 000 € ont été alloués en 2015 à des associations spécialisées dans l’aide d’urgence.

 

  • Solidarité en matière de santé : avec près de 1,8 M€, Paris soutient chaque année des associations qui luttent sur le terrain contre la pandémie de SIDA, auxquels s’ajoutent 200 000 € dédiés aux coopérations décentralisées en matière de santé.

 

  • Solidarité en matière d’eau et d’assainissement en application de la Loi Oudin‑Santini : Paris y consacre 1 M€ par an pour financer des actions de coopération internationale permettant à plus d’1,5 millions de personnes d’accéder à des infrastructures durables.

 

  • Solidarité en matière des déchets : le « 1 % déchets » est un dispositif qui permet aux collectivités territoriales de mobiliser jusqu’à 1 % de leur budget « collecte et traitement des déchets » pour l’affecter à des projets de coopération internationale dans le domaine des déchets ménagers. En juin 2015, Paris a été la première collectivité à utiliser ce dispositif avec un montant de 200 000 €, qui devrait atteindre 1 M€ d’ici la fin de la mandature.

 

  • Solidarité en matière de développement urbain durable : en 2016, des projets de coopération technique sont lancés notamment à Phnom Penh (Cambodge) sur la planification urbaine, à Rio (Brésil) sur les espaces publics ou encore à Amman (Jordanie) sur la mobilité.

 

  • Soutien aux projets de co-développement portés par les associations parisiennes de migrants et de solidarité internationale : la 11e édition du label Paris co‑développement Sud vient d’être lancée, pour un montant annuel de 80 000 € de subventions. Les projets doivent comporter un volet consacré au développement des populations vivant au Sud, proposer des activités pour mieux intégrer les Parisiens originaires de pays extracommunautaires et être conçus avec des partenaires techniques et financiers.

 

En 2015, 6,5 M€ ont ainsi été consacrés à l’Aide publique au développement, plaçant la Ville de Paris au premier rang des contributeurs parmi les collectivités locales.